Masak yo nan 1804 an Ayiti

Depi Wikipedya, ansiklopedi lib
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Flag of Haiti.svg
Masak pandan Revolisyon Ayisyèn
Masak pandan Revolisyon Ayisyèn

Masak yo nan 1804 ann Ayiti make asasina yo ki pou tout solda - blan fransè yo ki te rann tèt yo aprè lame endijèn te fin kale lame fransèz la nan Vètyè - tout twoup ki te ann Ayiti nan moman endepandans lan te mouri e menm Rochambeau. Ann ouvri je nou pou n bouke vale manti blan istoryen pèpè ap plen nou aprè yon konba rèd konsa Ewo nou yo sot fè se ta sou sivil pou yo t al pase raj définitif yo gen yon sòlda fransè ki te sove se paske li te mete yon tinik angle sou li lòd pa Janjak Desalin te bay nan tout teritwa a tout antye nan Ayiti ant fevriye ak nan fen avril 1804 pou pa gen yon grenn soòlda vivan. Te gen ant 3 000 a 5 000 Solda fransè ki te mourir sans se pa t sou chan batay. Y'a bay manti nan istwa n nan pou yo montre ke nou pa t Ka kale lame fransèz la nou te detrui tout twoup ki te ann Ayiti yo se sa k fè chat konnen rat konnen barik mayo a rete la, se Presyon sèlman lafrans t ap bay sou Boyer men enbesil sa a te pran.

Desalin kenbe tèt yon chèf twoup fransè se pa figi yon moun ki détermine sèks li s'on chef twoup fransè.

Kontèks[edite | modifye sous]

Aprè la Frans vin ploum Ayisyen yo Desalines bay lòd pou masakre tout lame fransèz la kòm avètisman ak Metwopòl la e François Capois te koupe tèt Rochambeau gwo souflèt pou pi gwo puisans epòk la, lòt twoup pa ka vin ankò angletè te okipe lanmè a.Dessalines vin sou pouvwa a. An novanm 1803, twa jou masak yo ap redui tout twoup fransèz yo Rochambeau kadav. Dessalines te garanti sekirite popilasyon sivil blan yo ki te rete. Men deklarasyon yo, tankou: « Si gen ankò sòlda Fransè nan zile a, e poutan pou nou ap konsidere nou lib », sa vin fè minorite blanch ki te rete a pè. Ak Ferrand yo al nan pati ès la, nan kan indigjène espányòl-io Anpil rimè te afime ke kominote blan sa a yo ki ale nan l es la se pou konvenk espányòl-yo pou vin anvayi yo e retabli esclavaj la. Anpil diskisyon ant Dessalines e Konseye li yo abòde ouvètman lide ke tout ki blan ta dwe massakre nan non sekirite nasyonal. Milat yo pa t dakò Dessalines t al fè masak nan sid aprè li vini li deklare "pou sa m sot fè nan sid si n pa kontinye fè sa m sot fè nan sid la konn nou pa moun wi sèke n pa moun" men milat yo tap eseye anpeche li.

1e janvye 1804, Dessalines proklame endepandans Ayiti a. Li bay aprè sa lòd nan chak vil nan peyi a pou touye tout fonksyonè blan fransè. E yo dwe touye yo ak manchèt kouto pou pa gen bri ki fèt nan sans pou lòt yo pa kache depreferans ak kout bayonèt. Men madanm Dessalines te kache yon banm blan. Ki fè yo pa te mouri. Pa te gen sivil blan ann Ayiti pitit tig se tig.

Dechoukaj yo[edite | modifye sous]

Nan mwa fevriye ak mas, Dessalines mennen envestigasyon pou li konnen si konsiy li yo te ekzekite. Nan anpil ka, malgre lòd li yo, dechoukay pa te fèt li pase nan tout sid la se lè li vini devan li yo masakre blan yo.


Dewoulman dechoukaj la te fèt prèske menm jan nan chak vil ke Dessalines te vizite. Anvan li rive, sèl kèk dechoukaj te fèt, malgre li te bay lòd. Lè Dessalines rive, li te kòmanse ap pale de tout mal reprezantan ansyen pouvwa a, tankou Rochambeau e Leclerc, aprè sa li te egzije je yo ekzekite lòd li yo e ke yo touye pa bann e pa pakèt abitan blan yo sèlman si li se fransè ki nan sektè a. Li te vle tou moun k ap rale kò yo dèyè yo foire men yo nan dechoukaj la, ann patikilye nonm ki gen san mele yo, pou ke se pa sèlman nèg k ap dekolonize zile a. Dechoukaj la te kòmanse atò nan lari e nan wonn vil yo. Ann paralèl, bann piyaj yo e ki pou vyòl yo te fèt tou. Paske jou fèy la tonbe nan dlo se pa jou a li pouri.

Ensandi nan laplèn Kap. - Masak Blan pa Nwa.

Le plus souvent, les femmes et les enfants étaient tués en dernier: Dessalines n'avait pas spécifié que les femmes blanches devaient être tuées, et ses soldats semblent avoir été relativement hésitants pour cette partie des massacres. À la fin, les femmes et les enfants étaient pourtant mis à mort à leur tour, même si c'était habituellement un peu plus tard que les hommes. L'argument invoqué pour l'assassinat des femmes étaient que les Blancs ne pourraient pas être définitivement éradiqués si leurs femmes étaient épargnées et pouvaient donner naissance à de nouveaux Français blancs. Avant de quitter une ville, Dessalines faisait savoir qu'il avait décrété une amnistie pour tous les Blancs qui avaient survécu aux massacres en se cachant. Mais quand ces malheureux sortaient de leur abri, ils rejoignaient les autres dans la mort. Cependant, de nombreux Blancs furent cachés et évacués clandestinement jusqu'à des bateaux par des étrangers.

À Port-au-Prince, contrairement aux ordres du nouveau pouvoir, il n'y avait d'abord eu que quelques meurtres, mais avec l'arrivée de Dessalines le 18 mars, l'escalade des tueries commença. D'après le témoignage d'un capitaine britannique, quelque 800 personnes furent tuées dans la cité et il n'y eut qu'environ 50 survivants. Le 18 avril 1804, Dessalines fit son arrivée à Cap-Haïtien. Jusqu'à cette date, seule une poignée d'assassinats avaient été commis dans la ville, mais avec la présence du nouveau dictateur, la violence se mua enfin en massacre dans les rues et en dehors de la cité. Comme ailleurs, la majorité des femmes ne furent pas tuées dès le début. Mais les conseillers de Dessalines martelèrent que les Haïtiens blancs ne pourraient pas être anéantis si les femmes restaient libres d'engendrer des hommes blancs; à la suite de cela, Dessalines donna l'ordre que les femmes soient tuées elles aussi, à l'exception de celles qui accepteraient d'épouser des hommes de couleur. Des sources de l'époque affirmèrent que 3 000 personnes avaient été massacrées à Cap-Haïtien.

Dessalines kenbe yon tèt tranche yon sòlda fransè.

Un des meurtriers les plus connus est peut-être Jean Zombi, un mulâtre habitant Port-au-Prince qui avait acquis une réputation par sa brutalité. Un récit affirme que Zombi a notamment arrêté un homme blanc dans la rue, lui a arraché ses vêtements, l'a amené jusqu'à l'escalier du Palais présidentiel, où il l'a tué avec un poignard. Dessalines aurait été un des spectateurs de ce meurtre, et il en aurait été "horrifié". Dans la tradition du vaudou haïtien, le personnage de Jean Zombi a renforcé la croyance aux zombies[1],[2].

À la fin du mois d'avril 1804, 3 000 à 5 000 personnes avaient été tuées, ce qui signifie que les Haïtiens blancs avaient pratiquement été éradiqués. Seuls trois groupes de Blancs — en dehors des étrangers — avaient été désignés comme devant être traités à part et épargnés : les soldats polonais qui avaient déserté de l'armée française, le petit groupe de colons allemands invités à s'installer dans le nord-ouest d'Haïti avant la révolution, et un groupe de médecins ou autres personnes qualifiées. Certains habitants ayant eu des liens avec des officiers de l'armée haïtienne auraient aussi été épargnées, de même que les femmes qui acceptaient d'épouser des hommes de couleur.

Konsekans[edite | modifye sous]

L'épuration ethnique voulue par Dessalines et rapportée en France par différents témoignages aura plusieurs incidences à plus ou moins long terme sur Haïti. Les plus directes sont des relations diplomatiques tendues avec l'ancienne puissance coloniale qui n'a toujours pas renoncé à sa possession de Haitï. Sous la Première Restauration, en 1814, le président haïtien, Alexandre Pétion, entame des négociations sur la reconnaissance de son pays avec Louis XVIII. Ces tractations se prolongent sous la Seconde Restauration et durent jusqu'à la mort du roi de France en 1824.

Le baron de Mackau et le président Boyer lors de la négociation du traité franco-haïtien de 1825.

Son successeur, le roi Charles X, maintenant débarrassé du blocus maritime qui avait été imposé par la Grande-Bretagne à la France sous la République et l'Empire n'hésite pas à employer la diplomatie de la canonnière. Le 11 juillet 1825, sous la menace que fait peser sur l'île, une escadre de 14 vaisseaux pourvue de 500 canons, le roi de France contraint le président Boyer au règlement de frais d'indemnités d'un montant de 150 millions de francs or. Condition à laquelle Charles X « concède », en souverain, l'indépendance de l'île.

Dès 1826, les impôts qui ont été levés pour financer la dette sont la cause de révoltes paysannes. Sous la Monarchie de Juillet, en 1838, cette dette est réduite à 90 millions de francs or par Louis-Philippe. Le montant continuera d'être versé jusque sous la Troisième République, la dette n'étant remboursée qu'en 1888; des agios seront perçus jusque dans les années 1950, sous la Quatrième République.

Referans[edite | modifye sous]

  1. La première mention connue du terme « zombi » dans les Antilles est faite dans l’œuvre de Pierre-Corneille Blessebois, en 1697, Le Grand Zombi du Pérou, ou La comtesse de Cocagne. Dans ce roman autobiographique, faisant référence à sa période à Basse-Terre, en Guadeloupe, la figure du zombie est essentiellement un être désincarné
  2. Modèl:Article

Lyen deyò[edite | modifye sous]