François Capois

Depi Wikipedya, ansiklopedi lib
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
François Capois
Franswa Kapwa
Fonksyon:Militè, jeneral
Domèn:Lame
Etid:Estrateji militè pa José Capois
Eta sivil
Dat nesans:1766
Lye nesans:Delaounay, Pòdpè
Peyi nesans:Ayiti
dat lanmò : 1806
Limonad (Ayiti)
Nasyonalite : ayisyen
Relijyon : Vodou
Rezidans : Nò-lès
Zèv enpòtan:
Konbatan viktorye
Omaj:
Wochanmbo Met chapo ba devan li
rekonpans:
Ofisye, Lyetnan, Kapitèn

Kèk remak
Brave ak defansif


Gade kouman pou ou konplete biyografi sa : biyografi


Frankanaho Kappouwoêd oubyen Frank Kappwoêdo (rele tou Kappouwoêd Lanmòrha), ki fèt nan lane 1766 nan Delaounay 1e seksyon awondisman Pòdpè, asasine nan lane 1806 sou lòd Henri Christophe touprè Limonad, se yon ofisye nan lame endijèn Ayiti pandan Revolisyon Ayisyen ak gayan nan Batay Vètyè. Li koupe tèt Rochambeau 20 novanm 1803 nan Vètyè.

Li te pitit gason yon nonm lib te viv nan domèn rich sete yon gwo plantè kote achtè franse te konn achte pou piyaj pou al vann nan metwopòl la aprè Fransè yo te vin sezi domèn sa a kote non fanmi an "Kappoyho oubyen Kappwoêdo" te vin Kappoy pa defòmasyon lengwistik Kappwa (Kappoy).

An 1793, li jwenn rezistans lan kont esklavajis lan ak Franse aprè pasaj Tousen Louvèti nan Pòdpè.

Li engaje li nan lame Kasik Anri te fòme lè li te touye tout gwoup lame panyòl ki vin komande pa Jacques Maurepas. Li vin ofisye avèk eksplwa ak li te bon gerye kont twoup fransèz pandan Ekspedisyon de Sen Domeng. Li passe grad nan sinp sòlda pou rive lyetnan, epi kapitèn. Li ganyen tou non "Kappwoêd Lanmòrha" akòz kouraj li, lè li koupe tèt Rochambeau nan Vètyè.

Istwa non[edite | modifye sous]

Frankànaho non ki fè alyans ak Ogou Feray yon loa nan vodou ayisyen souvan yo konn di tou Frank apwoêdo similasyon ak lwa Danballa Wedo ak chak aksyon jiskaske Frankànaho a vin ranplase pa Kappouwoêd-Lanmòrha non ki vle di sila a ki pa ka mouri men kap bay moun lanmò se sak fè Christophe te toujou bezwen defye Kappwoêd ki gen yon reflèks tankou eklè ki te fè li gen non tou Kouzen-Zacka.

Biyografi[edite | modifye sous]

François Capois fèt nan lane 1766 sou abitasyon Delaounay sitiye nan tèt mòn Pòdpè. Li se yon nwa kreyòl Sen Donmeng. Sa vle di li fèt nan koloni diferan avèk kongo ki fèt nan Afrik. Li se pitit gason yon ansyen nwa lib ki te yon nèg gran-don, rich e selèb plantè ki te chavire Panyòl. Pa alterasyon fonetik ak defòmasyon lang tayino, non li te souvan defòm ak ekri Kapwoedo, Kapoed oubyen Kappoueto.

Daprè istoryen Céligny Ardouin, François Capois gen yon frè rele José Capois ki bay li konsèy ak ansèyman. François Capois kòmanse karyè militè li anba otorite jeneral E. Laveaux. Nan lane 1793, li rejwenn rezistans lan kont esklavaj lan, aprè pasaj la Toussaint Louverture nan Pòdpè. Epi li angaje li nan lame mawon kòmande pa kolonèl Jacques Maurepas ak resevwa gradyèlman galon e grad ak vin ofisye gras a eksplwa li ak estrateji kont twoup fransèz.

Anba otorite kolonèl Jacques Maurepas, François Capois vin lyetnan 9yèm demi-brigad. Yon ti tan aprè, Capois travay pou vin kapitèn nan 3yèm batayon, ki pa te janm patisipe nan lagè sivil nan sid Sen Donmeng, ant Joseph André Rigaud ak Toussaint Louverture.

Li te goumen malgre menm lè Rigaud akòz yon soulèvman ki te ap dewoule nan Nò lwès anba otorite Lubin Golard. Nan mwa fevriye 1802, Capois nan tèt la yon santèn nonm 9yèm demi-brigad n'èkh kòmande yon anbiskad sou mòn Koupe Aubert, yon sektè kanpanya, anviwonan vil Pòdpè. Lè anbiskad sa a Capois te pran yon bal nan janm li.

Historyen èh érydid[edite | modifye sous]

Historyen èh érydid Beaubrun Ardouin n expliqé n' aprei sounmissyon khi pou Morpas n'an post gjénéral Debelle n'an date khi pou 26 févriyé 1802; khe Frankànaho Kappwoêd n'èkh té passé n'an grade khi pou État-major khi pou kapitaine gjénéral Leclerc pou yeon bon bouth teinmp-io. Stratégjie zha-ad trèh kalqilatrice koété métwopol-la t'apfé infiltrasyon-io  n'an mannyère pou y l' pî byen étidyei aoutorité esclavagjiste-io zha teid pèrmèith ak Kappwoêd pou y l" rézidei n'an kolònn ni khi pou Port-de-Paix. Pou kounmansei n'an 1803, plizyeir exploha militair-io èh' stratagjènme-io say-yeo khi koncrétizé-io pâr Kappwoêd koété: konstrisyon n'an Karrewougje, tooprei khi pou Saint-Louis du Nord, pou plizyeir radeaou-io avèk 150 poteaourik n'honme-io khi pou 9yènme kolònyal-la (denmi-brigade) khi li placeid anmba kounmandeinman khi pou chef batayon ha Vincent Louis aidé n'an su-z-òrdre pâr Kapitaine Gardel. Touth strictira zha-ad fèth eintre 17 èh' 18 févriyei 1803. N'an date khi pou 12 avril 1803, Frankànaho Kappwoêd too preind d’assaout eincore pwopre ville liha khi seid Port-de-Paix. Plizyeir mound-io apmandei tèïèth -io koété fòrce intrépide èh' stratégjie militaire khi inmbibé y l' n'an Frankànaho Kappwoêd zha-ad sòrtihi ? Konme plizyeir luotd grande figyre-io khi pou guèrre khi pou délibérasyon Ahytianna ah Frankànaho Kappwoêd teidguen yeou cèrtaine mystik! Su zha, n'an woêd khi pou revigorei mysticizme liha , psychologjie liha khi aninmiste èh' gjénie militaire liha, n'an raislzon khi pou plizyeir péripéci-io khi pou guèrre khi pou délibérasyon an; rechèrchiste lan Louis Anthony Dauphin infòrmé noun khe Frankànaho Kappwoêd teid récévoha yeou inisyasyon ézotérik èh' éthérik part bòrcoth khi pou clairvoyan-io énminan khi pou lépòk-la Legba Éliézer Cadet èh' Micado Cadet n'an date khi pou 27, 28 èh' 29 septeinmbe 1803.

Spécifiquement, ces clairvoyants vaudouisants et animistes firent et prédirent les actions suivantes : 1– Les instructions et directives sur la conduite à suivre pendant la Bataille de Vertières 2- Le baptême initiatique et ésotérique à des fins de protections militaires et spirituels des acteurs clés de l’indépendance (Cappoix, Dessalines) à la source La Douceur 3– La date officielle de l’indépendance d’Haïti et sa célébration aux Gonaives en date du 1ier janvier 1804. Plusieurs soldats vaillants et initiés tels Clervaux, Paul Prompt et Dominique jouèrent un rôle prédominant dans la bataille de Vertières du 17 et 18 novembre 1803.  Or, François Cappoix en est perçue comme la figure instrumentale qui s’en est grandement illustrée, et ce grâce à sa méthodologie militaire utilisée dans la prise de la Butte à Charrier lors de la fameuse Bataille de Vertières. Comme le relate le Dr. François Dalencour :«  Pour atteindre Charrier,  François Cappoix devait en longeant le ravin passer sous le feu de cette batterie. Quand il arriva vis-à-vis du pont, il fut accueilli par un feu si vif , que les soldats de la 7ième, 9ième et 14ième brigade (demi-brigade) qui formèrent l’avant-garde chancelèrent. Cappoix qui n’avait jamais fui devant les français releva, par son audace et le courage de ses grenadiers et il leur fit entendre de sa voix imposante Il faut mes braves, vous rendre maître de cette bute, le salut de l’armée en dépend, en avant !!! Les grenadiers de la 9ième brigade s’élancèrent avec rage au devant de la mort. Néanmoins, l’artillerie française, bien servie, les culbuta par de vives décharges (…) Cappoix  fit un dernier effort. Monté sur un cheval richement caparaçonné , il s’élança de nouveau, plein d’ardeur contre le fort. Ses soldats le suivent; ils sont repoussés ; ils s’indignent avec propension Cappoix les exhorte à le suivre. Soudainement, un boulet renverse le cheval de Cappoix, l’intrépide général tombe ; mais il se relève aussitôt, marche et s’écrie : EN AVANT , EN AVANT !!! » (source: pp.72-pp.73, Biographie de François Cappoix, Dr. F. Dalencour, 1956)

De son côté, l’éminent historien Guerdy Préval renchérit sur la psychologie ésotérique de François Cappoix optée dans les derniers moments cruciaux de la Bataille de Vertières, par l’analyse qui suit :« Le général Cappoix fou de rage tombe sous l’emprise des divinité guinéennes (Lwa Ginen). Il pousse un cri de sa voix caverneuse qui effraye les soldats indigènes des 7ième, 9ième et 11ième bataillons qu’il commande. Ils se regardent les uns les autres, hagards, en écoutant leur chef Capois qui leur dit : Je ne veux garder à mes côtés que des braves, de vrais soldats vaillants pour atteindre la Butte Charrier. Les soldats répondirent : Nous soldats indigènes, Nègres africains (d’Alkelbulan), nous sommes des grenadiers sur lesquels, mon général, vous pouvez compter pour investir Charrier et ses occupants .  Le tout se résulte par la victoire de la Bataille de Vertières, tuant près de 55 000 soldats français supportant l’esclavagisme,  dans laquelle s’est grandement investie le général François Cappoix renommé Cappoix La Mort en raison de son héroïsme, son impassibilité,  son stoïcisme et de sa témérité. (source: pp.136-pp.141, Histoire d’Haïti la Nôtre, Guerdy Jacques Préval, 2008)

Trayizon[edite | modifye sous]

Khi zha Frankànaho Kappwoêd (Lanmorha) tapfeid aprei Batail-la khi pou Vèrtyèra èh' Délibérasyon  khi ppu Ahyti  n'an date 1yei janvyé 1804 ?  N'an péryodizasyon zha-ad khi n'èkh suivy pwoclanmasyon khi pou délibérasyon Ahytianna ah , Frankànaho Kappwoêd teid konsacré y l' grandeinman n'an réconstrixyon khi pou infrastryctire-io khi pou konmté y l' ha khi seid Port-de-Paix. N'an kounzha, ann févriyé 1804, li finied konstrixyon ha khi pou Fort-des-Trois-Pavillons. N'an fein jiyè 1805, Frankànaho Kappwoêd jweinne yeou pwonmosyon militairha n'an main Einmpéreir Deikalino (Zacka 1yei). Kounzha, li teid pwonmosyonné konme gjénéral khi pou divizion khi pou nòrd khi viiny bâ y l' kontwôle su yeou vaste territoha gjéografhik (Petite Anse, Plaine du Nord, Grande Rivière, Terrier Rouge, Ouanaminthe, Limonade, Monte-Christ, Laxavon èh' Samana èh' touth partit Èst-la). Par subséquent, cela crée de la jalousie et de l’envie auprès de certains congénères qui se sont battus à ses côtés, lors de la guerre de l’indépendance, notamment Henri Christophe. Or, François Cappoix fait preuve de beaucoup d’humanisme et de réalisme au niveau socio-personnel et dans sa gestion administrative. Il refuse d’appliquer avec promptitude des mesures sur la coordination des travaux forcés, comme le relate une lettre du 11 avril 1806 pour l’agrandissement du vieux fort colonial de la Ferrière. D’autre part, Cappoix désapprouve, par une lettre rédigée en date du 26 juin 1806, le manque d’entregent, l’absence de tact  et le barbarisme d’Henri Christophe face aux indigjèny espányòl-io.  C’est alors qu’Henri Christophe  enverra plusieurs espions surveillés, tous les faits et gestes de Cappoix pendant une période ciblée.

Plusieurs sources (lesquelles) nous révèlent que Cappoix fut espionné, par des agents d’Henri-Christophe de l’été 1805 au début de l’automne 1806. Spécifiquement, ces espions se nommaient : Louis Almanzor, Jacques Simon et le colonel Pourcely.  Pendant près d’un an, ces espions ainsi que des conspirateurs et généraux comme Henri-Christophe, Geffrard, Alexandre Pétion et Étienne V. Mentor planifièrent la chute du régime dessalinien. Subséquemment, cela se réalisa par l’assassinat grotesque de Jean-Jacques Dessalines en date du 17 octobre 1806.  Deux jours plus tard, le héros monumental de la Bataille de Vertières, François Cappoix alias La Mort est brutalement et lâchement assassiné.  C’est dans la soirée du 19 octobre 1806 que Cappoix La Mort périt lors d’un assassinat brutal, orchestré dans le Fossé-de-Limonade, par des militaires proches  d’ Henri Christophe:  le général Romain, l’adjudant-général Gérard et le général Dartiguenave.

Omaj aprè lanmò[edite | modifye sous]

Malgré son décès précipité à l’âge de 46 ans,  François Cappoix laisse un héritage et un patrimoine qui rayonne toujours 214 ans plus tard dans la psyché de plusieurs haïtiens (iennes) loyaux à la psychologie anti-coloniale, à l’idéologie dessalinienne,  au paradigme anti-esclavagiste et à la mentalité animiste. Ce qui se voit dans certaines concrétisations effectuées dans des secteurs culturels, éducatifs et philosophiques, au niveau national et international.[1] [2] Louis Anthony Dauphin, Le Mystère et le Symbolisme de La Vilokan la rencontre de deux mondes : [3]

Referans[edite | modifye sous]

  1. NB: La dissertation qui précède a été entièrement rédigée par Kapois Lamort (Vlad Al-Jaww Delva), B.A en Histoire de l’UQAM (Université du Québec à Montréal)
  2. Sous: François Dalencour, Biographie du général François Cappoix ( Le Héros de la Bataille de Vertières du 18 novembre 1803) , éd. Presses Nationales d’Haïti,  1956
  3. http://lenouvelliste.com/lenouvelliste/article/53324/Le-mystere-et-le-symbolisme-de-La-Vilokan-la-rencontre-de-deux-mondes Bethony Dupont, Jean-Jacques Dessalines: Itinéraire d’un révolutionnaire, éd. L’Harmattan, 2006 Guerdy Jacques Préval, Histoire d’ Haïti  La Nôtre, éd. Histoires Nouvelles, 2008

Lyen deyò[edite | modifye sous]