Olympe de Gouges

Depi Wikipedya, ansiklopedi lib
Aller à la navigation Aller à la recherche
Olympe de Gouges
Olympe de Gouges
Fonksyon:ekriven, fanm politik
Domèn:literati, politik
Eta sivil
Dat nesans:7 me 1748
Lye nesans:Montauban
Peyi nesans:Frans
dat lanmò : 3 novanm 1793
Pari (Frans)
Nasyonalite : franse


Gade kouman pou ou konplete biyografi sa : biyografi


Marie Gouze, vèv Aubry, rele Olympe de Gouges, ki fèt 7 me 1748 nan Montauban (Frans) epi ki mouri giyotine 3 novanm 1793 nan Pari (Frans), se yon ekriven fransèz, ki vini fanm politik. Li konsidere kòm youn nan pyonyè feminis franse.

Biyografi[modifye | modifye kòd]

Jenès[modifye | modifye kòd]

Olympe de Gouges se youn nan pitit fi Pierre Gouze, boujwa nan Montauban, bouche ak Anne Olympe Mouisset, ti fi yon avoka.

Fanmi an byen lye ak Lefrancs Pompignan. Jean-Jacques Lefranc de Pompignan se parenn Anne Olympe Mouisset, ki te batize 11 fevriye 1714. Lefranc de Pompignan se te papa adiltè Marie-Olympe de Gouges.

Sou 24 oktòb 1765, nan laj disèt ane ak demi, nan legliz Saint-Jean-Baptiste de Villenouvelle (Montauban), Marie Gouze marye avèk yon trètè parizyen pi vye pase trant ane, Louis-Yves Aubry, ofisye bouch Entandan jeneralite Montauban. Li gen yon pitit gason rele Pierre. Mari li mouri an 1766, akòz yon inondasyon rivyè Tarn.

Lwa franse ki entèdi yon fanm otè pibliye yon travay san konsantman mari l, li pa janm remarye, kidonk li te kenbe libète piblikasyon li.

li ale viv nan kay gran sè li nan Pari. Nan kòmansman ane 1770 yo, li te viv nan Pari avèk pitit gason li, ki moun li te bay yon edikasyon ak swen. Pandan sejou sa a nan Lakou, li chanje non li : se pa Marie Gouze ankò, men Olympe de Gouges.

Pari ak teyat[modifye | modifye kòd]

Anonim, pòtrè Olympe de Gouges. Min an plon ak akwarèl, dizuityèm syèk. Mize Louvre.
Anonim, Olympe de Gouges. Min an plon ak akwarèl, dizuityèm syèk. Mize Louvre.

Olympe de Gouges te rankontre yon ansyen ofisye marin, Jacques Biétrix de Rozières, direktè pwisan yon konpayi transpò militè. Relasyon yo te dire jiska Revolisyon an.

Nan salon li te frekante yo, li te rankontre plizyè ekriven e li te eseye tou ekriti. Li te reklame eritaj talan dramatik Jean-Jacques Lefranc de Pompignan.Li te mennen yon lavi abondan ak galant nan yon fason olye ostentatif, li te akeri yon repitasyon kòm yon kourtizàn kenbe pa gason nan yon kontèks kote fanm selibatè yo te konpare ak yon jennès.

Teyat te rete nan tan sa a anba kontwòl sere pouvwa a. Olympe de Gouges fonde pwòp twoup li, av̠èk dekò ak kostim. Se te yon twoup teyat ki te jwe nan Pari ak rejyon li.

Zèv li yo[modifye | modifye kòd]

Teyat[modifye | modifye kòd]

  • Zamore et Mirza, ou l’heureux naufrage, 1784.
  • Le Mariage inattendu de Chérubin, Séville et Paris, Cailleau, 1786.
  • L’Homme généreux, Paris, chez l’auteur, Knapen et fils, 1786.
  • Le Philosophe corrigé ou le cocu supposé, Paris, 1787.
  • Molière chez Ninon, ou le siècle des grands hommes, 1788.
  • Bienfaisance, ou la bonne mère suivi de La bienfaisance récompensée, 1788.
  • Œuvres de Madame de Gouges, dédié à Monseigneur le duc d’Orléans, 2 volumes, Paris, chez l’auteur et Cailleau, (fevriye) 1788 (recueil des premières pièces imprimées avec préfaces et postfaces, dont Zamore et Mirza et Réflexions sur les hommes nègres).
  • Œuvres de Madame de Gouges, dédié à Monseigneur le prince de Condé, 1 volume, Paris, chez l’auteur et Cailleau, septanm 1788.
  • Le Marché des Noirs, manuscrit déposé et lu à la Comédie-Française, 1790.
  • Le Nouveau Tartuffe, ou l’école des jeunes gens, manuscrit déposé et lu à la Comédie-Française, 1790.
  • Les Démocrates et les aristocrates, ou les curieux du champ de Mars, 1790.
  • La Nécessité du divorce, manuscrit conservé à la Bibliothèque nationale, 1790.
  • Le Couvent, ou les vœux forcés Paris, veuve Duchesne, veuve Bailly et marchands de nouveautés, oktòb 1790.
  • Le Marché des Noirs, manuscrit, desanm 1790.
  • Mirabeau aux Champs Élysées, Paris, Garnery, 1791.
  • L’Esclavage des Noirs, ou l’heureux naufrage, Paris, veuve Duchesne, veuve Bailly et les marchands de nouveautés, 1792. (Lire le texte).
  • La France sauvée, ou le tyran détrôné, manuscrit, 1792.
  • L’Entrée de Dumouriez à Bruxelles, ou les vivandiers, 1793.

Ekri politik (bwochi, afich, atik, diskou, lèt)[modifye | modifye kòd]

  • Réflexions sur les hommes nègres, 1788.
  • Lettre au Peuple ou projet d’une caisse patriotique, par une citoyenne, septanm 1788.
  • Remarques patriotiques par la Citoyenne auteur de la Lettre au peuple, Paris, desanm 1788.
  • Le Bonheur primitif de l’homme, ou les rêveries patriotiques, Amsterdam et Paris, Royer, 1789.
  • Dialogue allégorique entre la France et la Vérité', dédié aux États Généraux, (avril) 1789.
  • Le Cri du sage, par une femme, Paris, (me) 1789.
  • Avis pressant, ou Réponse à mes calomniateurs, Paris, (me) 1789.
  • Pour sauver la patrie, il faut respecter les trois ordres, c’est le seul moyen de conciliation qui nous reste, Paris, jen 1789.
  • Mes vœux sont remplis, ou Le don patriotique, par Madame de Gouges, dédié aux États généraux, Paris, jen 1789.
  • Discours de l’aveugle aux Français, par Madame de Gouges, Paris, 24 jen 1789.
  • Lettre à Monseigneur le duc d’Orléans, premier prince du sang, Paris, jiyè 1789.
  • Séance royale. Motion de Modèl:Mgr le duc d’Orléans, ou Les songes patriotiques, dédié à Mgr le duc d’Orléans, par Madame de Gouges, 11 jiyè 1789.
  • L’Ordre national, ou le comte d’Artois inspiré par Mentor, dédié aux États généraux, Paris, jiyè-out 1789.
  • Lettre aux représentants de la Nation, Paris, L. Jorry, (septanm) 1789 (« Le jour n’est pas plus pur que le fond de mon cœur »).
  • Action héroïque d’une Française, ou la France sauvée par les femmes, par Madanm de G…, Paris, 10 septanm 1789.
  • Le Contre-poison, avis aux citoyens de Versailles, Paris, oktòbr 1789.
  • Lettre aux rédacteurs de la Chronique de Paris, 20 desanm 1789.
  • Réponse au Champion américain, ou Colon très aisé à connaître, Paris, 18 janvye 1790.
  • Lettre aux littérateurs français, par Madame de Gouges, Paris, fevriye 1790.
  • Les Comédiens démasqués, ou Madame de Gouges ruinée par la Comédie française pour se faire jouer, Paris, 1790.
  • Départ de M. Necker et de Modèl:Mme de Gouges, ou Les adieux de Madanm de Gouges aux Français, Paris, 24 avril 1790.
  • Projet sur la formation d’un tribunal populaire et suprême en matière criminelle, présenté par Madanm de Gouges 26 me 1790 à l’Assemblée nationale, Paris, Patriote français, 1790.
  • Bouquet national dédié à Henri IV, pour sa fête, Paris, jiyè 1790.
  • Œuvres de Madame de Gouges, Paris, 1790 (recueil factice des écrits politiques de 1788 à 1790).
  • Le Tombeau de Mirabeau, avril 1791.
  • Adresse au roi, adresse à la reine, adresse au prince de Condé, Observations à M. Duveyrier sur sa fameuse ambassade, par Madanm de Gouges, Paris, (mai) 1791.
  • Sera-t-il roi ne le sera-t-il pas ?, par Madame de Gouges Paris, jen 1791.
  • Observations sur les étrangers, jiyè 1791.
  • Repentir de Madame de Gouges, Paris, lendi 5 septanm 1791.
  • Les Droits de la femme. À la reine, signé « de Gouges ». Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne, septanm 1791.
  • Le Prince philosophe (conte oriental), Paris, Briand, 1792.
  • Le Bon Sens du Français, 17 fevriye 1792.
  • Lettre aux rédacteurs du Thermomètre du Jour, 1e mas 1792.
  • L’Esprit français ou problème à résoudre sur le labyrinthe de divers complots, par madame de Gouges, Paris, veuve Duchesne, 22 mas 1792.
  • Le Bon Sens français, ou L’apologie des vrais nobles, dédié aux Jacobins, Paris, 15 avril 1792.
  • Grande éclipse du soleil jacobiniste et de la lune feuillantine, pour la fin d’avril ou dans le courant du mois de mai, par la LIBERTE, l’an Modèl:IVe de son nom, dédié à la Terre (avril) 1792.
  • Lettre aux Français, avril 1792.
  • Lettres à la reine, aux généraux de l’armée, aux amis de la constitution et aux Française citoyennes. Description de la fête du Modèl:Date-, par Marie-Olympe de Gouges, Paris, société typographique aux Jacobins Saint-Honoré, jen 1792.
  • Œuvres de Madame de Gouges, 2 vol., Paris, veuve Duchesne (textes et théâtre politiques de 1791 et 1792).
  • Pacte national par marie-Olympe de Gouges, adressé à l’Assemblée nationale 5 jiyè 1792.
  • Lettre au Moniteur sur la mort de Gouvion, 15 jiyè 1792.
  • Aux Fédérés, 22 jiyè 1792.
  • Le Cri de l’innocence (septanm) 1792.
  • La Fierté de l’innocence, ou le Silence du véritable patriotisme, par Marie-Olympe de Gouges (septanm) 1792.
  • Les Fantômes de l’opinion publique. L’esprit qu’on veut avoir gâte celui qu’on a, Paris, (oktòb) 1792.
  • Réponse à la justification de Maximilien Robespierre, adressé à Jérôme Pétion, par Olympe de Gouges, novanm 1792.
  • Pronostic sur Maximilien Robespierre, par un animal amphibie (signé « Polyme »), 5 novanm 1792.
  • Correspondance de la Cour. Compte moral rendu et dernier mot à mes chers amis, par Olympe de Gouges, à la Convention nationale et au peuple, sur une dénonciation faite contre son civisme aux Jacobins par le sieur Bourdon, Paris, novanm 1792.
  • Mon dernier mot à mes chers amis, desanm 1792.
  • Olympe de Gouges défenseur officieux de Louis Capet, de l’imprimerie de Valade fils aîné, rue Jean-Jacques Rousseau, 16 desanm 1792.
  • Adresse au don Quichotte du Nord, par Marie-Olympe de Gouges, Paris, Imprimerie nationale, 1792.
  • Arrêt de mort que présente Olympe de Gouges contre Louis Capet[1], Paris, 18 janvye 1793.
  • Complots dévoilés des sociétaires du prétendu théâtre de la République, Paris, janvye 1793.
  • Olympe de Gouges à Dumouriez, général des armées de la République française, Paris, 22 janvye 1793.
  • Avis pressant à la Convention, par une vraie républicaine, Paris, 20 mas 1793.
  • Testament politique d’Olympe de Gouges, 4 jen 1793[2].
  • Œuvres de Madame de Gouges, 2 volumes, Paris, 1793 (écrits politiques de 1792 et 1793).
  • Les Trois Urnes, par un voyageur aérien[3], 19 jiyè 1793.
  • Olympe de Gouges au Tribunal révolutionnaire, paru dans la première quinzaine d' out 1793.
  • Une patriote persécutée, à la Convention nationale, signé « Olympe de Gouges », 21 septanm 1793.

Referans[modifye | modifye kòd]

Lyen deyò[modifye | modifye kòd]

  • [ ] sou