Haïti chérie (fim, 2007)

Depi Wikipedya, ansiklopedi lib
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Haïti Chérie se yon fim ki reyalize pa Claudio del Punta sòti 28 me 2008.

Rezime[edite | modifye sous]

Jean-Baptiste ak Magdaleine se yon koup marye ayisyen ki travay sou yon plantasyon kann nan Repiblik Dominikèn. Lè ti bebe yo mouri grangou, Magdaleine deside retounen Ayiti.

Ekip teknik[edite | modifye sous]

  • Reyalizatè : Claudio Del Punta
  • Pwodiktè : Giuliana Del Punta, Bruno Restuccia, Claudio Del Punta, Romina Ganduglia, Leonora Turnier
  • Imaj : Claudio Del Punta, Karol Gonzalez
  • Senaryo : Mario Cabrera Lima, Romina Ganduglia, Claudio Del Punta
  • Montaj : Silvia Natale
  • Son ː Manuel Cassano, Giuseppe D'Amato, Marcos Molina
  • Kamera ː Claudio Del Punta, Karol Gonzalez
  • Mizik orijinal : Toto Bissainthe
  • Sosyete pwodiksyon ː Esperia Film srl, Arethusa Film
  • Sosyete distribisyon ː Lab 80 Film (2008) (Itali), Pierre Grise Distribution (2008) (Frans), Irfan Film (2010) (Tiki) (TV)
  • Lye anrejistreman ː Ayiti, Repiblik dominikèn
  • Lang orijin ː kreyòl, panyòl
  • Fòma ː koulè, 1.85 : 1, 35 mm
  • Jan ː dram
  • Dire ː 103 minit
  • Sòti ː 2008

Aktè[edite | modifye sous]

Rekonpans[edite | modifye sous]

  • Festival de Locarno, out 2007
  • Festival de Rio de Janeiro, septanm 2007
  • Festival de Valladolid, oktòb 2007
  • Festival du Caire, novanm 2007
  • Festival du Cinéma d'Amérique Latine de Trieste, novanm 2007
  • Festival de Sulmona, novanm 2007.
  • Festival de Mons, janvye 2008

Nòt entansyon reyalizatè[edite | modifye sous]

Fim sa a se anlè reyalite jodi jou 2008, anlè sityasyon ayisyen nan chan kann nan Repiblik dominikèn (Dominikani), yon retou nan menm sistèm esklavaj Ayiti te konnen anvan li te pran endepandans 1804. Li ap montre kouman jenn ayisyen yo ap fè mannèv pou retounen nan peyi Ayiti toma, prefere mizè pito esklavaj.

Men sa reyalizatè a panse (Ayisyen-Franse) :


Sak toujou frape m nan move trajedi sa ayisyen ap viv nan Repiblik Dominikèn se ke sityasyon eksplwatasyon sa, moun yo byen konnen sa yap fè, bagay sa ap pwodui jodi jou tandiske Dominikani se yon Eta ki genyen tout lejitimite entènasyonal sou li.

Atik sa bezwen tradui depi franse

Atik Haïti chérie (fim, 2007) sa a an devlòpman. Li bezwen tradui, diskite sou li nan Diskite:Haïti chérie (fim, 2007)


Ce qui m’a toujours frappé dans l’horrible tragédie des haïtiens en République dominicaine est que cette situation d’exploitation méthodique et consciente a été mise en oeuvre par un Etat à la constitution reconnue et légitimée par les pays européens et le monde occidental. Un monde où l’on pense que les règles de cohabitation civile et de l’état de droit sont respectées. Et en fait il n’en est rien car ce traitement esclavagiste d’un peuple par un peuple voisin rappelle des situations qui devraient appartenir au passé, à la fin du 18ème siècle plus exactement. Mais le fait que cette situation perdure, inchangée, est encore pire puisqu’on la voit aujourd’hui avec les yeux de la conscience moderne. Un autre aspect dramatique de cette situation est qu’elle n’est pas relayée par les médias occidentaux : dans cette tragédie, il n’y a pas de Bush qui exerce une pression pour la résoudre, pas de pétrole justifiant le meurtre ou d’autres intérêts financiers.

Dès ses premiers films, Claudio Del Punta s’est intéressé à des réalités lointaines filmant des protagonistes différents de son quotidien. Son premier moyen-métrage A media Luz (1991) racontait une histoire noire sur une musique de tango de Piazzolla. Puis il a évoqué Rome à travers le regard d’un pianiste anglais dans Punto di fuga (1992), avant de signer Trafitti da un raggio sole en 1995, une comédie sur des artistes immigrés en Italie. Gioco di squadra (1996), un court métrage où une adolescente apprend qu’elle est séropositive, a notamment été présenté à la Mostra de Venise et a reçu plusieurs prix. En 2000, il a signé Femminile, singolare, une comédie sur une jeune peintre frustrée par le peu de perspectives que lui offre la société italienne. Depuis 2003, il a réalisé plusieurs documentaires sur les Caraïbes, principalement sur Cuba, Haïti et la République dominicaine.


Referans[edite | modifye sous]

Lyen deyò[edite | modifye sous]