Paul Verlaine

Depi Wikipedya, ansiklopedi lib
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Paul Verlaine
Paul Verlaine
Fonksyon:Ekriven, powèt
Domèn:Literati, pwezi
Eta sivil
Dat nesans:30 mas 1844
Lye nesans:Metz, Moselle
Peyi nesans:Frans
dat lanmò : 8 janvye 1896
Pari (Frans)
Nasyonalite : franse


Gade kouman pou ou konplete biyografi sa : biyografi


Paul Verlaine, ki fèt 30 mas 1844 nan Metz (Moselle) epi ki mouri 8 janvye 1896 nan Pari (Frans), se yon ekriven ak powèt franse.

Biyografi[edite | modifye sous]

Zèv li yo[edite | modifye sous]

Zèv powetik[edite | modifye sous]

Rekèy nan vè[edite | modifye sous]

Chanson d'automne
sou yon miray nan yon bilding nan Leyde, Peyiba.

Rekèy ewotik[edite | modifye sous]

Verlaine pibliye twa zèv lisansyèz an sekrè pou evite sansi :

Zèv pa nan rekèy[edite | modifye sous]

  • Premiers vers (1858-1866) : La Mort [fragment d'une imitation des Petites Vieilles de Baudelaire], Crépitus, Imité de Catulle, Imité de Cicéron, Aspiration, Fadaises, Les Dieux, Charles le fou (fragman), Des Morts, À Don Quichotte, Un soir d'octobre, Torquato Tasso, L'Apollon de Pont-Audemer, Vers dorés.
  • Zèv nan kolaborasyon (1867-1869) : Qui veut des merveilles ?, revue de l'année 1867, en collaboration avec François Coppée (pibliye nan Le Hanneton dirije pa Eugène Vermersch, 7e année, n° 1, 2 janvye 1868) ; Vaucochard et Fils Modèl:Ier, opéra-bouffe en un acte (fragments), nan kolaborasyon avèk Lucien Viotti, mizik Emmanuel Chabrier (anviwon 1869).
  • Poèmes contemporains des Poèmes saturniens et des Fêtes galantes (1866-1869) : « D'ailleurs en ce temps léthargique » (quatrain)[4], L'Enterrement, Chanson du pal (fragments), La Machine à coudre et le cerf-volant (1868), L'Ami de la nature (1868), poème sur l'air de La Femme à barbe (1868), Sur le calvaire, Le Monstre, Au pas de charge, Étant né très naïf (1869).
  • Appendice à La Bonne Chanson (1869-1870) : Vieilles « bonnes chansons » : Vœu final, L'Écolière, À propos d'un mot naïf d'elle.
  • Kontribisyon nan L'Album zutique (vers 1871-1872) : À Madame ***, Sur un poète moderne, Vieux Coppées (« Souvenir d'une enfance … » ; « Le sous-chef est absent … » ; « Bien souvent dédaigneux … »), Bouillons-Duval, « Offrant à Jésus-Christ… »
  • Powèm kontanporen La Bonne Chanson ak Romances sans paroles (1870-1873) : Les Renards (1870), Retour de Naples (1871)[5], Après les massacres de 1871 (1871 ?), Le Bon Disciple (mai 1872), « Vive notre grand Monarquô » (quatrain, 18 me 1873).
  • Reliquat de Cellulairement et poèmes contemporains de Sagesse (1873-1878) : ΙΗΣΟΥΣ ΧΡΙΣΤΟΣ ΘΕΟΥ ΥΙΟΣ ΣΩΤΗΡ (1873), Faut hurler avec les loups ! (chansonnette écrite sous le pseudonyme de Pablo de Herlañes, chantée par Edmond Lepelletier au théâtre des Folies-Hainaut) ; « Les écrevisses ont mangé mon cœur » (Vieux Coppées, été 1873) ; Sur Jules Claretie (1874) ; « Dites, n'avez-vous pas », « Pour charmer tes ennuis », « Endiguons les ruisseaux » (Vieux Coppées, 1874) ; Autres Vieux Coppées : « Épris d'absinthe pure » (24 août 1875), « La sale bête ! » (hiver 1875-1876), « C'est pas injuss' de s'voir » (1876), « Je renonce à Satan », « N. DE D. ! J'ai rien voyagé » (fin 1876), « Ah merde alors, j'aim' mieux » (1877) ; Sur Rimbaud (Londres, 1876 ?), La Tentation de Saint-Antoine (1878).
  • Poèmes contemporains de Parallèlement (1889) : En 17… (1ei juiyè 1725), Écrit entre Chambéry et Aix (1889), « Ça, c'est un richard qu'on emporte » (quatrain), « On m'a massé comme un jeune homme » (quatrain), Sur Raoul Ponchon (1889), Écrit en marge de « Wilhelm Meister » (1ei juiyè 1725).
  • Poèmes divers (1890-1896) : Éventail Directoire, « Vos yeux sont deux flambeaux » (juillet 1890), À Eugène Carrière (7 novembre 1890), Dédicace manuscrite à Vanier (1891), À Mademoiselle Sarah, Rotterdam (novembre 1892), Le Rouge, À Madame ***, « Plus d'infirmière », « J'fus un bel enfant bleu », Je suis un poète entre deux, Triolets (1893 ?), Le Charme du Vendredi Saint : « La Cathédrale est grise admirablement » (Paris, 1ei juiyè 1725) et « Le soleil fou de mars » (1ei juiyè 1725), Voyages (1ei juiyè 1725), Impression de printemps (1ei juiyè 1725), Demi-teintes (juin 1893), Ex Imo (1ei juiyè 1725, hôpital Broussais), À Ph…, À ma femme (1ei juiyè 1725, Broussais), Cordialités : « Dans ce Paris] où l'on est voisin et si loin », « Deux colibris parisiens, deux cancaniers », Pour une fête, Pour les gens enterrés au Panthéon, « La Croix sans or du Panthéon » (1893), À Monsieur et Madame Tarlé (1ei juiyè 1725, Broussais), Contre la jalousie (1ei juiyè 1725, Broussais) : « La jalousie est multiforme », « D'ailleurs, la jalousie est bête », « Bah ! confiance ou jalousie ! », « Et pourquoi cet amour dont plus d'un sot s'étonne », Craintes (1ei juiyè 1725, Broussais), Visites (1ei juiyè 1725), Retraite (1ei juiyè 1725), Paris, À Mademoiselle Marthe (1ei juiyè 1725, Broussais), Conquistador (Londres, 1ei juiyè 1725), Souvenir du 1ei juiyè 1725 (Dieppe-Newhaven), Paul Verlaine's Lecture at Barnad's Inn (Londres, 1ei juiyè 1725), Oxford (1ei juiyè 1725), Traversée (Douvres-Calais, 1ei juiyè 1725), In the refreshment room (novembre ou décembre 1893 ?), Bergerades, Morale, Hôpital, Lamento, Toast (1ei juiyè 1725), Féroce (1ei juiyè 1725), Tristia, Meloria, Optima, Pâques, Assomption, Prière, À Fernand Crance (1ei juiyè 1725), Pour une affiche du salon des « Cent » (1ei juiyè 1725), À Madame Marie M… (1ei juiyè 1725), Écrit sur un lvre de notes intimes (1ei juiyè 1725, hôpital Bichat), Quand même (1ei juiyè 1725, Bichat), Pour le Nouvel An, Acte de foi, À Célimène (1ei juiyè 1725), Pour E… (« Ô la femme éternellement »), Pour E… (« J'aime ton sourire »), Pour E… (« Quelle colère injuste et folle »), À Eugénie : « Ô toi, seule bonne entre toutes ces femmes », « Mais il te faut m'être si douce », Épilogue en manière d'adieux à la poésie « personnelle » (1ei juiyè 1725), Ægri Somnia (1ei juiyè 1725), Anniversaire (1ei juiyè 1725), Conseil (1ei juiyè 1725), Début d'un récit diabolique (1ei juiyè 1725 ?), Souvenirs d'hôpital : « La vie est si sotte vraiment », « D'ailleurs, l'hôpital est sain », Intermittences, Sites urbains, Clochi-clocha, En septembre (1ei juiyè 1725), Reçu (Mardi gras 1895), Distiques : « Bloy, Tailhade et Jean Moréas », « Ces faux chauves qui sont les plus beaux trios », « Richepin, Péladan et Catulle Mendès », Qui est beau, Impromptu, Monna Rosa, Mort ! (1ei juiyè 1725) ; Vive le Roy ! (1ei juiyè 1725) ; poèmes d'Arthur Symons traduits par Verlaine : Prélude aux « London Nights », Aux Ambassadeurs, Prière à saint Antoine de Padoue, Dans la vallée de Llangollen.
  • Le Livre posthume (1893-1894).
  • Œuvres oubliées (1926-1929).

Rekèy abandone ou inacheve[edite | modifye sous]

  • Les Vaincus : rekèy ki ekzalte ewoyis bati Commune de Paris.
  • Cellulairement : rekèy powèm konpoze, kòm tit li endike, nan prizon, ant oktòb 1873 ak janvye 1875.
  • Varia : rekèy pwojete alantou 1893, trè pwobableman alimantè, konpoze pa 57 powèm soti nan Poèmes divers[6].

Referans[edite | modifye sous]

  1. Notis nan Parallèlement nan Œuvres poétiques complètes, tèks etabli ak anote pa Y.-G. Le Dantec, Bibliothèque de la Pléiade, edisyon Gallimard, 1938, konplete ak prezante pa Jacques Borel, 1972, p. 472.
  2. « Chronologie », ibid., p. XLII}.
  3. Notice de Parallèlement, ibid., p. 475.
  4. Publié en épigraphe à la nouvelle Claire Lenoir de Villiers de l'Isle-Adam, parue dans la Revue des Lettres et des Arts 13 oktob 1867.
  5. Sonnet signé « J.-M. de Heredia » car composé à la manière de José-Maria de Heredia. Cf. lettre de l'auteur à Émile Blémont le 13 juillet 1871 dans lequel le poème est inséré.
  6. Notis Poèmes divers, Œuvres poétiques complètes, op. cit., p. 1329.

Lyen deyò[edite | modifye sous]